17 mai 2012

Travail standard : comment « faire avaler la pilule » ?

Si vous avez décidé d’utiliser la méthode lean (si vous ne savez pas ce que c’est, je l’explique ici), tôt ou tard vous devrez expliquer que les standards sont in-con-tour-na-bles.

Et vous aurez à peine fini votre phrase que ce sera la levée de boucliers et l’agitation générale (on parie ? ;) ). Car, allez savoir pourquoi, les standards et surtout le travail standard sont de grands mal aimés.

Pourquoi tant de haine ? comme souvent : par méconnaissance

Standard veut dire que « tout le monde fait la même chose » et ça, parait-il, « ça freine la créativité » :lol:

C’est vrai ça ! pour faire évacuer un bâtiment en flammes, à la place d’une sirène stridente, on pourrait diffuser du Mozart ou du Bach. Il faudrait surtout que chacun puisse choisir sa mélodie …

On s’arrête au rouge, on passe au vert (en principe ;) ). C’est d’un banal ! Si on faisait l’inverse de temps en temps ? ou si chaque ville choisissait ses couleurs ? et pourquoi pas chaque automobiliste ?

Non ?

Vous l’aurez compris …

Les standards font partie de notre quotidien

Et de manière générale, « faire tous pareils », ça simplifie plutôt la vie  ;) .

Si à la maison, vous avez moins de salles de bains que d’occupants, il y a fort à parier que vous avez défini des règles de qui fait quoi et dans quel ordre le matin.

Vous appelez ça de l’organisation ou des habitudes, le lean appelle ça un standard.

Est-ce que jusqu’ici, votre créativité en a été freinée ?

Ces quelques boutades sont nécessaires pour ouvrir une brèche dans les certitudes de vos interlocuteurs mais … ça ne sera pas suffisant pour les convaincre (croyez-en mon expérience. Même moi, j’ai eu du mal  ;) ).

Il vous faudra expliquer, argumenter … et ceci à plusieurs reprises (courage, le futur récompensera vos efforts  ;) )

Car vous n’avez pas le choix ! le lean ne peut pas se passer de standard !

Pour être convainquant, il faut que vous soyez convaincu  ;) . Voici comment je l’explique habituellement :

Si vous faites un gâteau pour vos amis et qu’il est trop sucré ou tout raplapla, ils se moqueront un peu, mais c’est sans grande importance. Si, par contre, vous êtes pâtissier professionnel, ce n’est pas acceptable. Vos clients ne veulent pas de surprise !

La forêt noire,  faite par vous, votre ouvrier ou votre apprenti doit être la même, tous les jours de l’année.  Pour avoir cette constance, il faut bien se mettre d’accord sur les éléments clés de la réussite d’une forêt noire.

Le travail standard n’est rien d’autre que la version écrite de cet accord

Ce que vous pourrez résumer ainsi :

Sans travail standard, pas de constance dans le résultat

La forêt noire est ratée ?

Comment pourrez-vous savoir pourquoi si tout le monde fait ce qu’il veut ?  ;)

Par contre, si tout est écrit, quels ingrédients, dans quelle quantité, dans quel ordre, quelle température, quel temps de cuisson, … de deux choses l’une : soit le pâtissier n‘a pas suivi le mode opératoire soit le mode opératoire n’est pas bon.

Donc soit on (re)forme l’ouvrier soit on corrige le mode opératoire.

Vous l’avez deviné :

Sans travail standard, pas d’amélioration continue

Et sans amélioration continue … pas de lean  ;)

J’enchaine ensuite volontiers sur cette citation (d’origine inconnue) que j’aime beaucoup pour illustrer ce propos :

Les amateurs s’entrainent jusqu’à faire bien. Les professionnels s’entrainent jusqu’à ne plus faire mal.

A ce niveau, vous avez rallié quelques personnes mais il reste encore un obstacle de taille. Les gens associent le travail standard à … l’incompétence, à l’ignare qui ne sait pas comment faire son travail et a besoin d’un papier pour le lui expliquer.

Et tant qu’ils seront dans cet état d’esprit, ils feront un urticaire géant chaque fois que vous leur parlerez de travail standard.

Je n’ai trouvé qu’une solution à ce jour (si vous en avez d’autres, je prends, laissez moi un commentaire ;) ) :

Les métiers à haut risque humain utilisent un travail standard 

Un chirurgien ou un pilote de ligne utilisent un travail standard. Ils l’appellent protocole ou check-list mais le principe est le même. A votre avis, ils le font parce qu’ils ne connaissent pas bien leur métier ou parce qu’ils ne veulent pas prendre le moindre risque ?

Et vous leur confieriez votre vie s’ils décidaient tout à coup d’être « créatifs » et de faire autrement ?

Voilà le travail standard réhabilité  :D .

Passons aux craintes maintenant : « si tout est écrit, n’importe qui pourra me remplacer » (dit ou sous-entendu « on pourra me virer plus facilement »).

Le protocole ne fait pas le chirurgien, le travail standard ne fait pas le bon ouvrier

Si vous n’avez pas la formation de base, le travail standard ne vous servira à rien (en tout cas moi, je ne vous laisserai pas m’opérer même si vous connaissez le protocole par coeur  ;) ).

Aujourd’hui, lorsque vous avez un apprenti, un nouveau, vous lui expliquez le métier en lui montrant. Demain, vous vous appuierez sur le travail standard pour lui montrer et lui aura le document pour « s’entrainer jusqu’à ne plus faire mal ». Plutôt rassurant pour un débutant non ? et plutôt moins stressant pour ceux qui sont chargés de l’encadrer (ou de réparer ses bêtises  ;) ) …

Le travail standard, en vous dégageant de la peur d’oublier quelque chose d’important, vous libérera l’esprit, vous pourrez vous laisser envahir par les idées … et n’est ce pas plutôt ça la voie de la créativité ?

Qu’en pensez-vous ? Dites le moi dans un commentaire

A bientôt

5 Comments

  1. Florent d'EOTV

    18 mai 2012 at 16 h 35 min — Répondre

    Merci et Bravo pour cet article très pédagogique sur le Standard.
    Je réutiliserai à coup sûr ces analogies bien trouvée ! ;-)

    A mentionner aussi que dans une entreprise dont le niveau de maturité du Lean est élevé (comme Toyota), le standard devient un outil d’amélioration plutôt qu’un outil de stabilisation comme nous avons à l’utiliser nous autres jeunes candides européens…

    Ainsi, quand le standard de 3 séries par jour sera maîtrisé, le nouveau standard de 4 séries par jours sera adopté pour forcer l’organisation à gagner en flexibilité, quand bien même les besoins de productivité ne seraient pas nécessaires…

    Bref, le standard a encore de beaux jours devant lui ! ;-)

    Au plaisir de vous lire.
    Florent

    • Michèle

      21 mai 2012 at 19 h 09 min — Répondre

      merci Florent.

      D’un professionnel aguerri, tant sur le sujet que sur le blogging … j’apprécie toute la portée de ce commentaire.

      Pour un débutant, ces retours positifs sont hyper importants et motivants

      A bientôt

      Michèle

  2. Vincent

    27 juillet 2012 at 16 h 53 min — Répondre

    Très bon article: simple, pédagogique. Efficace tout simplement!
    Moi qui vient d’intégrer une nouvelle entreprise où les standards n’existent pas, et où je retrouve exactement les réflexions que tu évoques: « on a du savoir-faire, on a pas besoin de standard! », « on connait notre travail, avec des standards on va devenir des robots! »…

    Et il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de trouver les bons arguments pour convaincre, surtout quand on a des gens qui procèdent ainsi depuis 15, 20 ou 30 ans…

    Donc merci encore, je saurai utiliser à bon escient ces exemples!
    Et continue comme ça avec ton site, je reviendrai probablement rechercher des conseils concernant les spécificités de mon usine pour laquelle nous avons de faibles volumes (3/j), très peu de répétitivité dû notamment à une forte personnalisation. Donc pas simple d’appliquer les principes du lean…
    A bientôt,
    Vincent.

    • Michèle

      28 juillet 2012 at 15 h 54 min — Répondre

      Bonjour Vincent,

      Merci beaucoup pour tes commentaires encourageants.

      Si ta structure n’est pas mûre pour le travail standard, commence par autre chose. Souvent les entreprises commencent par le 5S. Il est plus simple de faire comprendre l’intérêt, il permet de mettre en place la discipline et la rigueur nécessaire à une conversion Lean.

      Si je peux t’aider, n’hésites pas à me demander des sujets d’articles

      Cordialement

      Michèle

  3. Pingback: Préparez votre transformation lean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: