25 avril 2012

Equilibrez vos postes pour suivre le rythme de votre client

Un des principes de base du lean est de produire au takt time le plus en amont possible.

En général, la majorité commence avec l’assemblage final et l’emballage puis tire de l’amont les pièces ou informations nécessaires.

La maturité lean aidant, on intègre dans le takt une opération de plus, puis une autre … et ainsi de suite.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment équilibrer votre ligne d’assemblage sur le takt. Bien que ce ne soit pas très français, on parlera alors de ligne « tacktée ».

Le but de cet exercice est de définir le nombre de postes nécessaires et quelles opérations vous ferez sur chacun d’eux pour que :

- le rythme de sortie soit égal au takt

- la charge de chaque poste soit strictement inférieure au takt

- les postes de travail soient équilibrés

Pour simplifier, nous supposerons que tous les produits qui passent sur cette ligne ont des opérations et des temps semblables.

Si votre production n’est pas ainsi faite, ce n’est pas un problème. Vous devez d’abord comprendre le principe de l’équilibrage et je vous expliquerai plus tard comment faire avec des lignes multi-produits.

Pour faire un équilibrage, vous allez chronométrer …

Si vous ne voulez pas tuer à tout jamais votre initiative lean, préparez le terrain avant de faire ces mesures.

Dans les entreprises classiques (celles qui ne « font » pas de lean) donc probablement la vôtre, tout tourne autour du temps gamme et de son optimisation. Les opérateurs ont associé chronométrage avec augmentation des cadences donc stress et maladie professionnelle pour eux.

Dans une démarche lean, vous savez que la valeur ajoutée (ici, les opérations que vous allez chronométrer) représente moins de 5% du temps global. Votre objectif n’est pas de la diminuer mais de diminuer toute la non valeur ajoutée qui est autour … vous, vous le savez, mais vos employés ne le savent pas encore.

Peut être le leur avez vous dit, mais ils ne vous ont pas cru, habitués qu’ils sont à autre chose.

Commmuniquez, informez au préalable, expliquez à quoi va servir le chronométrage, mieux, montrez leur comment le faire et laissez les le gérer.

Et hop, c’est parti, on fait les mesures.

Quelques remarques préalables

Si votre takt est faible (de l’ordre de la minute), pour le chronométrage, décomposez vos tâches en opérations les plus élémentaires possibles pour pouvoir équilibrer les postes au mieux (avec des pavés de 30 secondes et un takt de 1 minute, il est difficile de faire un équilibrage correct).

Il s’agit d’avoir un temps reproductible sur toute une journée de travail donc :

- il ne s’agit pas de faire la course

- mesurez tout le monde, pas seulement les champions

- faites 10 mesures

- reportez les temps sur le tableau de relevé

- gardez le temps le plus reproductible

Un peu de dessin maintenant

Armez vous de post-it, de scotch et d’une grande feuille (format A1 ou feuille de paperboard)

Sur votre grande feuille, vous allez dessiner à l’échelle votre takt et vous allez faire des montage de post-it pour avoir un « bloc » par opération élémentaire. Il sera à l’échelle lui aussi.

Vous avez le droit de le faire joli. Plus tard, cet équilibrage sera affiché en tant que partie intégrante du management visuel.

Puis vous collerez vos opérations dans l’ordre du process en ne dépassant jamais la ligne du takt comme ceci :

Dans la plupart des cas, vous n’arriverez pas à avoir un « compte rond » de postes. Le poste le plus faiblement chargé doit être le dernier pour plusieurs raisons :

- c’est là que ça perturbera le moins le flux

- c’est le poste que vous ferez disparaitre avec le temps et les améliorations

- c’est là qu’il sera plus facile de mettre un complément d’activités

Votre équilibrage est fait. Reste à le tester.

En effet, ce qui fonctionne sur le papier ne fonctionne pas toujours dans la « vraie vie ». Faites un prototype de votre ligne, faites là tourner avec les opérateurs et chronométrer les sorties.

Recommencez tant que vous n’êtes pas satisfait du résultat et surtout tant que vous ne respectez pas le takt. Ecoutez et intégrez les remarques de ceux qui vivrons sur la nouvelle ligne.

Une fois que vous êtes satisfait, vous avez le design de votre nouvelle ligne. Conservez tous les documents, vous en aurez besoin plus tard et vous pourrez passer à l’étape suivante : la description du travail standard et la conception de vos postes de travail … qui feront l’objet d’autres articles.

Avez-vous déjà fait ce type de d’exercice ? Avez-vous des difficultés ou des craintes à le faire ? faites nous par de votre expérience dans un commentaire.

A bientôt

2 Comments

  1. Pingback: comment calculer votre TAKT

  2. Pingback: L'attente, un des sept gaspillages du lean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: