6 mars 2013

Pas le temps ? et si vous supprimiez simplement l’inutile ?

Avez-vous progressé dans l’identification de vos gaspillages ?

Pas vraiment ?

Si vous ne vous souvenez plus des 7 + 1 gaspillages, au sens lean du terme, vous en trouverez la définition en cliquant ici.

Avouez que vous n’y croyez pas !

Depuis le temps que vous cherchez à grappiller  des points de productivité, que votre patron vous demande de faire plus avec moins de personnel … si vous aviez réellement 95 % de non valeur ajoutée, il y a belle lurette que tout le monde l’aurait vu.

La légende dit que Taichii Ohno, le père du Lean, plaçait ses élèves en observation dans un coin de l’atelier et leur demandant d’observer. Puis il leur demandait ce qu’ils avaient vu.

En général, ils n’avaient pas vu grand chose.

Il renouvelait l’expérience en leur demandant de repérer quelques éléments bien précis … et là, ils les voyaient.

Pour vous, c’est la même chose.

C’est même probablement pire.

Vos gaspillages font partie du paysage, des habitudes des uns et des autres depuis des lustres. Ils font tellement partie de la vie normale que vous ne pouvez plus les voir.

Il vous faut réapprendre à regarder

Mais ne le faites pas avec vos yeux de professionnel, faites le avec les yeux du client.

Imaginez que vous êtes en train de lui faire visiter votre secteur et regardez les choses avec ses yeux et dites vous mais que sont-ils en train de faire ?

Aujourd’hui, nous allons essayer de repérer les traitements inutiles, c’est à dire :

Toute action ou toute tâche qui n’apporte pas de valeur ajoutée au client

Les questions que vous devez vous poser pour les repérer sont :

« Est-ce que ce qu’ils sont en train de faire apporte quelque chose au produit ? »

« Le client a t’il besoin de ce quelque chose ? »

« Quelles seraient les conséquences si on le faisait pas ? »

« Pourrait on traiter les conséquences autrement ? plus vite et tout aussi bien ? »

« Pourrait on obtenir le même résultat plus simplement, plus vite et aussi bien ? »

Quelques exemples de traitements inutiles pour fixer les idées ?

En production :

La « sur-qualité » est l’exemple le plus classique. Vous devez fournir un produit de qualité, c’est certain. Mais votre produit et son prix justifient ils de chercher les défauts en lumière rasante et presque à la loupe ?

Ensuite vient l’utilisation de machines sur qualifiées pour la tâche à accomplir (« le bulldozer pour écraser une mouche ») avec toute la complexité liée aux réglages et à l’entretien de la machine.

Il faut que le produit soit propre, c’est sur. Mais faut il le nettoyer pour mieux le salir à nouveau quelques étapes plus loin. Un nettoyage final ne serait il pas suffisant ?

Il faut vraiment tous ces papiers pour produire ?

Dans le monde administratif ou du service :

Les recherches d’informations manquantes

Les bases de données et les logiciels surdimensionnés.

La correction manuelle des traitements informatiques n’ayant pas abouti

La clarification des données

Les suivis personnels en marge du suivi officiel

Le contrôle du travail des autres

La recherche des coupables en cas de dysfonctionnement

La gestion des mails inutiles

Quelles sont les causes principales ?

En premier lieu, vient de la mauvaise compréhension des besoins du client. Dans la plupart des cas, le client ne s’exprime pas lui même. Ses besoins sont « imaginés » ou « interprétés » par le marketing, les commerciaux, le directeur qualité, le producteur …

Sur cette base approximative, tout le monde a laissé libre cours à son imagination pour ajouter des fonctionnalités qui pourraient lui servir ou les usines à gaz qui permettront de les fabriquer (qui, de nos jours, pense à proposer une solution dans laquelle il n’y a pas de technologie high-tech  ;) ?)

Quelles expressions doivent vous alerter ?

« Au cas où »

« Qui peut le plus peut le moins »

« Mieux vaut prévenir que guérir »

« J’ai eu tellement de problèmes dans le passé que depuis je contrôle, je fais … »

« j’anticipe les besoins futurs »

« Nos clients veulent des produits parfaits »

Quelles sont les solutions ?

- S’en tenir au besoin strict du client

- Simplifier régulièrement les process

- Traiter les problèmes au fur et à mesure

 Prêt à partir à la chasse aux traitements inutiles ?

N’hésitez pas à nous faire partager votre expérience, vos difficultés ou vos succès !

 

A très bientôt

 

 

Crédit photo: fotolia © Szasz-Fabian Erika – Fotolia.com

 

 

3 Comments

  1. Pingback: Les 7+1 gaspillages du lean

  2. Pingback: La surproduction : le pire des 7 gaspillages du lean

  3. Pingback: Un des 7 gaspillages lean : les mouvements inutiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: