28 octobre 2012

Et si le problème était justement … la définition du problème ?

Cédric du blog virtuose-marketing.com lance régulièrement des défis.

Sur la base d’une histoire, nous devons proposer une « morale » adaptée au thème de notre blog.

Ce mois ci, il nous propose l’histoire des moutons noirs, tirée du livre « La Métaphore : voie royale de la communication », de Gérard Szymanski.

Mais découvrez d’abord l’histoire …

Un ingénieur, un physicien expérimental, un physicien théoricien et un philosophe se promènent dans les montagnes d’Écosse.

Quand ils atteignirent un sommet, ils aperçurent un mouton noir sur une crête avoisinante.

« On voit que les moutons écossais sont noirs » déclara d’ingénieur.

« Il serait préférable de dire que certains moutons écossais sont noirs », dit le physicien expérimental.

Le physicien théoricien réfléchit un instant et dit : « Il serait plus correct de dire qu’au moins un des moutons écossais est noir »

« D’un côté, du moins », corrigea le philosophe.

Vous trouvez ça exagéré ?

Ils coupent les cheveux en quatre ?

Et si vous remplaciez les moutons par vos produits ?

Imaginez vous responsable d’un atelier de production face à vos clients se plaignant de tâches noires sur vos produits. Vous souhaitez traiter le problème.

Mettrez vous en place la même action corrective selon qu’on vous dit :

 - Tous les produits ont des taches noires

- Certains produits ont des taches noires

- Un produit a des taches noires

- Un produit a des taches noires sur la face arrière 

J’en doute …

Un problème bien posé est à moitié résolu …

Vos problèmes tardent à être supprimés ou reviennent alors que vous pensiez les avoir éliminés parce que vous sautez aux conclusions, parce que vous faites des généralités ou parce que vous êtes imprécis …

Ecoutez vous en parler  :lol:

Les clients disent qu’il y a des taches mais ils oublient de vous dire qu’ils les ont stockés dans un endroit sale.

Vous avez observé ce phénomène une ou deux fois, et, parce que c’est bien pratique pour vous, vous en avez déduit que la seule cause des taches était …  les clients eux-mêmes.

Combien de fois avez-vous observé ce stockage inadéquat ? … « souvent »

Sur quel type de produits ? … « sur pratiquement tous »

Donnez vous la chance de résoudre vos problèmes. Définissez les correctement. Soyez factuel : des chiffres, des faits, des pourcentages !

Et pour finir, n’oubliez pas la définition d’un problème :

Un problème est la différence entre une situation réelle et une situation attendue.

Pour revenir à nos moutons, le consultant lean (si vous ne savez pas ce que c’est cliquez ici), aurait ajouté «Un mouton est noir d’un coté alors qu’il devrait être entièrement blanc ».

 

 

A bientôt

 

 

 

Crédit photo: fotolia © Helder Almeida

 

 

8 Comments

  1. Pingback: Ne soyez pas le mouton noir de la résolution de problèmes » Valeur pérenne

  2. Pingback: Les articles du défi « Mouton noir »

  3. Florence

    30 octobre 2012 at 17 h 13 min — Répondre

    Bonjour,

    Un problème bien posé est à moitié résolu.

    C’est tellement vrai qu’on l’oublie le plus souvent :-)
    Et pourtant, que de temps gagné lorsqu’on applique cette règle…

    Florence

  4. Manuel

    30 octobre 2012 at 18 h 03 min — Répondre

    « Un problème bien posé est à moitié résolu … »
    C’est une vérité toujours d’actualité et d’un grand bon sens.
    Merci pour nous le rappeler.

    Manuel

  5. Patrick

    6 novembre 2012 at 15 h 09 min — Répondre

    Oui, entièrement d’accord, un problème il faut prendre le temps de le circonscrire en analysant toutes ses données.
    Bien trop souvent on voudrait apporter la réponse avant d’avoir réfléchi.
    C’est bizarre parfois comme on perd son temps à vouloir aller trop vite.

  6. hannah@technique Tipi

    9 novembre 2012 at 22 h 25 min — Répondre

    Bonsoir Michèle,
    Je découvre ton blog grâce à l’événement
    « moutons noirs » de Cédric…c’est fou ce
    que les articles peuvent être différents
    en fonction du thème du blog!
    je t’ai laissé un lien sur l’article de ma participation.

  7. Jean-Louis

    8 décembre 2012 at 13 h 12 min — Répondre

    Bonjour Michèle,

    Cela semble tellement limpide et couler de source, qu’on se demande pourquoi ce n’est pas la norme partout.
    Je ne m’attendais pas à un article au sujet du « lean » au départ de la thématique zen, mais c’est vrai que cela fait finalement beaucoup de sens.
    Cette thématique m’intéressant je place ton site dans mes favoris.

    Bonne continuation.

    • Michèle

      9 décembre 2012 at 18 h 03 min — Répondre

      En effet, le lean est plus souvent associé au stress qu’à l’inverse. Bien utilisé, il facilite la vie de tout le monde. Malheureusement, il n’est pas toujours bien appliqué

      Merci pour l’intérêt que tu portes â mon blog

      Bien cordialement

      Michèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: